Musicienne classique de formation, Valérie LEMAIRE découvre le yoga dans son enfance grâce à Maurice Daubard. A l’âge de 19 ans, elle est initiée au hatha-yoga par Dominique Cherer à Paris. Deux ans plus tard, elle fait sa première immersion en Inde. Ce ne sera pas la dernière…
Après un long détour par la danse, elle revient à la source puis se forme à l’enseignement du hatha-yoga auprès de Jean-Louis et Francis Gianfermi, eux-mêmes formés par Swami Jawalyananda Saraswati et Swami Satyananda Saraswati, le fondateur de la Bihar School of Yoga (Inde). Elle poursuit toujours sa sadhana auprès d’eux.
Depuis deux ans, elle se forme également auprès de Serge Gastineau et Catherine Bellières, qui ont intégré et enrichi divers enseignements, dont celui d’Iyengar, de son élève Noëlle Perez et de l’ostéopathe Dominique Martin. Par un travail postural et respiratoire profond et rigoureux, ils lui apportent une meilleure compréhension des corps « occidentaux », malmenés par un mode de vie contraire à la physiologie, et de plus en plus sujets aux problèmes de santé et aux blessures, y compris lors de leur pratique de yoga. Un comble ! Mais pas une fatalité…

Enfin, elle pratique et transmet librement les techniques d’exposition volontaire au froid d’inspiration tibétaine, apprises auprès de Maurice Daubard. Prolongement de sa pratique de yoga, elles lui permettent en parallèle de mieux gérer son syndrome d’Asperger.

Musicienne classique de formation, Valérie LEMAIRE découvre le yoga dans son enfance grâce à Maurice Daubard. A l’âge de 19 ans, elle est initiée au hatha-yoga par Dominique Cherer à Paris. Deux ans plus tard, elle fait sa première immersion en Inde. Ce ne sera pas la dernière…
Après un long détour par la danse, elle revient à la source puis se forme à l’enseignement du hatha-yoga auprès de Jean-Louis et Francis Gianfermi, eux-mêmes formés par Swami Jawalyananda Saraswati et Swami Satyananda Saraswati, le fondateur de la Bihar School of Yoga (Inde). Elle poursuit toujours sa sadhana auprès d’eux.
Depuis deux ans, elle se forme aussi auprès de Serge Gastineau et Catherine Bellières, qui ont intégré et enrichi divers enseignements, dont celui d’Iyengar, de son élève Noëlle Perez et de l’ostéopathe Dominique Martin. Par un travail postural et respiratoire profond et rigoureux, ils lui apportent une meilleure compréhension des corps « occidentaux », malmenés par un mode de vie contraire à la physiologie, et de plus en plus sujets aux problèmes de santé et aux blessures, y compris lors de leur pratique de yoga. Un comble ! Mais pas une fatalité…

Enfin, elle pratique et transmet librement les techniques d’exposition volontaire au froid d’inspiration tibétaine, apprises auprès de Maurice Daubard. Prolongement de sa pratique de yoga, elles lui permettent aussi de mieux gérer son syndrome d’Asperger.

Parcours complémentaires

Valérie est titulaire du diplôme de « professeur de hatha-yoga-pranayama-yoga nidra » de l’Ecole Sankara Yoga, dirigée par les frères Gianfermi.

Depuis avril 2015, elle est également titulaire du diplôme de thérapeute en ayurveda d’Ayurveda Source, ce qui lui permet compléter sa pratique et son enseignement du hatha-yoga.

Depuis 2017, elle est professeur certifiée de yoga prénatal et postnatal de l’Institut de Gasquet à Paris.

Une référence yoga à Orléans

Après avoir enseigné dans la capitale pendant plusieurs années, Valérie a transféré son activité à Orléans en 2017. Elle donne des cours particuliers de hatha-yoga et de yoga postural dans le centre ancien. Elle intervient également en entreprise.

Yoga périnatal et Ayurveda

Elle reçoit aussi en cours particuliers de yoga prénatal et postnatal de Gasquet, et en bilans et massages ayurvédiques, toujours dans le centre ancien d’Orléans.  Pour en savoir plus sur le yoga prénatal et postnatal

Forte de trente ans d’immersion dans la culture indienne et d’une expérience peu banale de la vie, elle accueille toute personne désireuse de connaître sa véritable nature, de se libérer des tensions quelles qu’elles soient et d’accéder à un espace de liberté-responsabilité, et donc de joie, toujours plus grand.
Elle reçoit tout particulièrement les publics HPI et autistes.