Qu’est-ce que l’Ayurveda ?

L’AYURVEDA (de « ayûr », vie ou longévité, et « veda », science ou sagesse, en sanskrit) est la médecine traditionnelle indienne dont les origines remontent à plusieurs millénaires. On en retrouve les premières traces dans les Vedas, notamment l’Atharva Veda, qui mentionne plusieurs mantras de guérison et plantes curatives. Les premiers traités d’ayurveda qui nous soient parvenus, la Charaka Samhita, la Sushruta Samhita et l’Ashtanga Hridaya, auraient été rédigés avant l’ère commune. L’ayurveda s’est très tôt répandue vers l’Est et l’Ouest, inspirant les médecines traditionnelles chinoise, tibétaine, et grecque antique.

Basée, comme le yoga, sur la « philosophie » ou « vision du monde » du Samkhya, qui décrit les principes cosmiques élémentaires, l’ayurveda postule que l’être humain est un microcosme composé des mêmes éléments que l’Univers ou macrocosme. Ce sont les cinq éléments ou états de matière (« mahabhutani ») :

  • akasha (éther, source d’espace),
  • vayu (air, source de mouvement),
  • agni (feu, source de chaleur),
  • apas (eau, source de cohésion),
  • prithvi (terre, source de solidité).

Les cinq éléments et les trois doshas

Ces cinq éléments se combinent pour former les 3 doshas, ou humeurs biologiques, dont chaque être humain est constitué en des proportions qui lui sont propres, et qui représentent sa prakriti ou constitution de conception :

  • Vata (air + éther), le principe de mouvement,
  • Pitta (feu + eau), le principe de transformation,
  • Kapha (terre + eau), le principe de cohésion et de stabilité.

Tout l’art de l’ayurveda consiste à prendre conscience de sa constitution de conception et à la respecter au mieux

Tant que les doshas restent proches en proportion de sa prakriti, l’être humain est en bonne santé physique et psychique. Mais lorsque les aléas de la vie entraînent un dérèglement des doshas, le déséquilibre survient (on parle alors de « vikriti »), pouvant conduire à la maladie si rien n’est fait pour l’enrayer. Tout l’art de l’ayurveda consiste à prendre conscience de sa prakriti et à mettre en œuvre toute la palette des soins ayurvédiques (ahara ou alimentation, massages, dinacharya ou hygiène de vie, aushadi ou phytothérapie, techniques de nettoyage du corps, yoga…) pour réduire le déséquilibre et rétablir l’harmonie tant au sein de la personne elle-même, qu’entre la personne et son environnement au sens large.

Les lois de la nature, base de l’Ayurveda

L’ayurveda est basée sur une observation multimillénaire des lois de la nature, qu’elle cherche à rétablir et à conserver. Elle est donc essentiellement préventive, et ne cherche pas le résultat immédiat mais l’équilibre en amont. Elle considère l’être humain dans sa globalité et place ce dernier dans une position de responsabilité (contrairement à la médecine occidentale, essentiellement curative, qui vise généralement une disparition rapide des seuls symptômes sans considérer le patient dans son ensemble, et conditionne ce dernier à la passivité quant à sa santé). Il n’est pas question ici de rejeter la médecine occidentale, qui a son utilité et fait des miracles dans certaines circonstances, mais de prendre du recul sur la question de la santé, premier droit de tout être humain, et dont la source se trouve… à l’intérieur de lui-même ! Dans cette optique, on comprend que tout traitement soit individualisé. Il n’existe pas de traitement valable pour tout un groupe, aussi grand soit-il (à l’inverse de la médecine occidentale, qui soigne bien souvent tous les patients atteints d’une même maladie avec les mêmes médicaments).

Pour réserver une date
ou obtenir plus d’informations, merci de contacter Valérie au

06 99 64 00 95

J’ai appelé pour définir
une date qui me convient et